Skip to content

Océane & John M Armleder

Musée d’art et d’histoire de Genève: Océane observe "Sans titre" de John M Armleder. Elle demande à Jean-Hubert Martin, curateur de l'exposition, si la composition géométrique du tableau répond aux motifs répétitifs de la salle.
Océane _ John M Armleder

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Océane
Âge: 15 ans

Ton parfum de glace préféré? Vanille.
C'est quoi l'odeur de l’été? L’air frais du matin, quand c’est calme.
Le plus bel endroit du monde? Chez moi avec mon chien, à l’école avec mes amis.

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Océane
Âge: 15 ans

Ton parfum de glace préféré? Vanille.
C'est quoi l'odeur de l’été? L’air frais du matin, quand c’est calme.
Le plus bel endroit du monde? Chez moi avec mon chien, à l’école avec mes amis.

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Jean-Hubert Martin, commissaire de l'exposition "Pas besoin d'un dessin

Votre parfum de glace préféré? Stracciatella.
C'est quoi l'odeur de l’été? Jasmin.
Le plus bel endroit du monde? Kathmandu.

John M Armleder, Sans Titre, 1986, Laque sur coton © MAH, Bettina Jacot-Descombes

Crédits photo: John M Armleder, Sans Titre, 1986, Laque sur coton © MAH, Bettina Jacot-Descombes

Artiste: John M Armleder (*1948)
Titre de l’œuvre: Sans Titre
Année: 1986
Technique: Peinture (laque sur coton)
Dimensions: 300 x 200 cm
Lieu d’exposition:

Musée d’art et d'histoire
Rue Charles-Galland 2
1206 Genève

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Jean-Hubert Martin, commissaire de l'exposition "Pas besoin d'un dessin

Votre parfum de glace préféré? Stracciatella.
C'est quoi l'odeur de l’été? Jasmin.
Le plus bel endroit du monde? Kathmandu.

Transcription de l'épisode

Salut! Je m’appelle Océane. J’ai quinze ans, j’habite à Genève.

L’art pour moi, c’est une façon d’exprimer des sentiments.
Et j’ai rendez-vous avec une œuvre au Musée d’art et d’histoire de Genève. Tu viens?

OCÉANE:

Bonjour. J’ai rendez-vous avec une œuvre de John Armleder qui s’appelle “Sans Titre”; où est-ce que je peux la trouver?

ACCUEIL DU MUSÉE:

Elle se trouve dans la deuxième salle, la salle Palatine. C’est tout droit, puis à gauche.
Bonne visite!

OCÉANE:

Je cherche mon œuvre, je marche en espérant la trouver. Et je crois que nous sommes arrivés. Elle est dans la salle qui s’appelle “Du drapeau à la couverture”. Je vais me poser devant pour l’observer. Ça me fait penser à un échiquier ou à un damier. C’est un tableau extrêmement grand. On dirait que le peintre a mis du scotch, pour composer de façon très précise chaque carré. Des carrés vert émeraude. Il y a un vrai contraste entre le blanc et le vert; ça m’amuse un peu. Je trouve que ça peut être interprété de plein de façons.

Du coup, j’aimerais en savoir un peu plus sur le contexte. Apparemment, cette œuvre s’appelle “Sans Titre”, par John Armleder, qui l’a réalisée en 1986. C’est une peinture, une laque sur coton, de 300 x 200 centimètres.

Étant donné que le titre, c’est “Sans Titre”, c’est assez compliqué de savoir à quoi il fait référence. Du coup, je trouve justement intéressant que ça laisse vraiment la possibilité à chaque personne de trouver et de ressentir ce qu’elle ressent face à cette œuvre.

Personnellement, je n’aurais jamais pensé qu’elle a été créée en 1986, parce que je trouve que c’est quelque chose d’assez nouveau. En fait, je trouve ça atemporel.

J’ai quelques questions à poser à Jean Hubert Martin, le curateur de cette exposition.

  • Pourquoi a-t-il placé cette œuvre ici? Quelle signification a cette œuvre dans cette salle? Je vois bien qu’il y a un plafond avec beaucoup de motifs qui sont assez répétitifs. Et puis il y a beaucoup de couleurs: des couleurs chaudes, des couleurs vives. C’est ça qui vous a donné envie de mettre ces œuvres dans cette salle?
  • Pourquoi est-ce que vous avez voulu mettre cette œuvre dans un cadre où il y a la représentation des signes astrologiques?
  • Je me rends bien compte que c’est une œuvre qui est dans une salle où il y a beaucoup d’autres œuvres géométriques. Ici au milieu, on a un tableau et puis sur les deux côtés du tableau, on a des drapeaux ou des choses souples. Du coup j’aimerais savoir pourquoi.
  • J’ai observé que dans la salle, il y a aussi un zèbre empaillé. Donc c’est un format différent de tout ce qu’on voit dans cette salle. Mais je pense pouvoir déduire que le motif du zèbre a un lien avec les motifs sur les différentes œuvres

JEAN-HUBERT MARTIN:

Bonjour Océane.

Tu te demandes si l’œuvre de John Armleder a à voir avec le plafond, avec ses motifs, et s’il y a une relation entre ce plafond et les œuvres qui sont dans cette salle, et je dois te dire que non. Ce qui a motivé la présence de ces œuvres-là dans cette salle, c’est sa taille. Parce que c’est une très longue galerie, avec aussi un plafond qui est très haut. Il est vrai que ce plafond est décoré à la manière de la Renaissance, avec ce qu’on appelle des grotesques et qu’il est très beau. On a voulu le mettre en valeur, mais en réalité, il n’y a pas de relation directe entre les œuvres qui sont placées dans la salle et le plafond.

Alors tu l’as bien regardé, parce que tu as remarqué effectivement que ce plafond était décoré de signes astrologiques. Mais, là encore, je dois dire qu’ il n’y a pas de relation. Par contre, il y a une relation avec ce qui est au sol, c’est vrai. Il y a une petite mosaïque sur laquelle il y a un serpent et, du coup, on a mis une œuvre qui est un chenet en métal doré qui représente des serpents. Il y a aussi un peu plus loin une sculpture qui représente Cléopâtre, mordue par un serpent venimeux selon l’histoire et la mythologie. On a voulu faire une petite allusion à ce serpent qui figure dans la mosaïque. Mais il n’y a pas de relations avec ces œuvres qui sont toutes géométriques.

C’est ça qu’on a voulu montrer. C’est cette relation entre des peintures qui appartiennent à l’histoire de l’art moderne et contemporaine et qui sont totalement géométriques et d’autres œuvres totalement géométriques, mais qui ne sont pas du tout du même domaine. Ce sont des drapeaux, par exemple, des drapeaux ou reconstitutions de drapeaux très anciens du XVIe siècle avec des formes géométriques et des couleurs très stimulantes et également ce qu’on appelle des quilts faits à la fin du XIXe et au début du XXe siècle en Amérique. Ce sont des couvertures molletonnées qu’on mettait sur les lits et qui ont également des motifs géométriques tout à fait remarquables. Donc l’idée était plus de montrer que ce que nous appelons la peinture abstraite, et qui souvent est géométrique (en particulier dans un mouvement suisse appelé l’art concret) a des relations avec aussi bien avec les drapeaux militaires d’autrefois, qu’avec des couvertures qu’on mettait sur les lits il n’y a pas si longtemps en Amérique.

Et effectivement, tu as remarqué qu’il y a un zèbre. Ce zèbre est là parce le contraste du noir et du blanc lui donne une allure tout à fait spectaculaire, comparable à un très beau costume qui a été fait pour un opéra qui s’appelle “Rossignol” par Henri Matisse. On y voit aussi de grandes formes en V, des espèces de structures très noires sur le fond blanc. On a trouvé que c’était amusant de donner cette petite note qui sort justement de l’art et des artifices, des objets, de la culture matérielle pour aller vers la nature.

°°

“ART’S COOL autrement dit “Art is cool”!

C’est un rendez-vous avec une œuvre d’art contemporain suisse regardée, expertisée et questionnée par des jeunes gens auxquels répond à sa façon l’artiste qui a réalisé l’œuvre. C’est simple, non?

Aujourd’hui, il a été question de “Sans titre”, de John M Armleder, examinée par le regard curieux d’Océane. Une fois n’est pas coutume, dans ART’S COOL, nous avons adressé les questions à Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition “Pas besoin d’un dessin”.

Ne manquez pas d’aller découvrir en vrai l’œuvre dont il était question au Musée d’art et d’histoire de Genève, jusqu’au 19 juin 2022.

Et collectionnez l’art contemporain avec vos oreilles! Retrouvez-nous presque chaque semaine pour compléter votre collection avec un nouveau focus sur une œuvre récente d’un ou d’une artiste suisse.

Vous trouverez les portraits des jeunes aficionadas et aficionados d’art contemporain, les mini bio des artistes interviewés ainsi que les photos des œuvres sur le site artscool.ch.

Si vous souhaitez contribuer au rayonnement du podcast ART’S COOL, n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vous abonner et à lui attribuer cinq étoiles sur votre plateforme d’écoute préférée.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Instagram, sur le compte young_pods.

Le podcast ART’S COOL est réalisé et diffusé grâce au précieux soutien de la Loterie Romande, de Pro Helvetia, de la Fondation Gandur pour la Jeunesse, de la Fondation Ernst Göhner, de la Fondation Oertli, de la Fondation Sandoz et du Pour-cent culturel Migros.

Avec les voix de Florence Grivel pour la version française et de Stephan Kyburz pour la version allemande.
Musique et habillage sonore par Christophe Gonet.

C’est une production Young Pods (www.youngpods.ch).