Skip to content

Mirina & Michael Kienzer

Kunsthaus Zug: Mirina a rendez-vcous avec "Parasite" de Michael Kienzer et se demande si la sculpture est, comme dans la nature, un parasite, c'est-à-dire un facteur perturbateur qui fait irruption dans le musée.
Mirina_photo

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Mirina
Âge: 15 ans

Ton parfum de glace préféré? Cookies.
C'est quoi l'odeur de l’été? Des grillades dans le jardin…
Le plus bel endroit du monde? Antelope Canyon, États-Unis.

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Mirina
Âge: 15 ans

Ton parfum de glace préféré? Cookies.
C'est quoi l'odeur de l’été? Des grillades dans le jardin…
Le plus bel endroit du monde? Antelope Canyon, États-Unis.

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Michael Kienzer
Année de naissance: (*1962)

Votre parfum de glace préféré? Café glacé.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le parfum des pins.
Le plus bel endroit du monde? Il y a tant de beaux endroits dans le monde, je ne peux pas en mettre un seul en avant.

Kienzer Jana Bruggmann DSC_0139

Crédits photo: “Parasite”, Michael Kienzer, 2010, Installation, Garten Kunsthaus Zug, Eigentümer: Kunsthaus Zug, Dauerleihgabe des Künstlers.

Artiste: Michael Kienzer (*1962)
Titre de l'œuvre: Parasite
Année: 2010
Technique: Installation
Dimensions: 300 x 800 x 330 cm
Lieu d’exposition:

Kunsthaus Zug
Dorfstrasse 27
6301 Zug

www.kunsthauszug.ch

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Michael Kienzer
Année de naissance: (*1962)

Votre parfum de glace préféré? Café glacé.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le parfum des pins.
Le plus bel endroit du monde? Il y a tant de beaux endroits dans le monde, je ne peux pas en mettre un seul en avant.

Transcription de l'épisode

Bonjour à tous! Je m’appelle Mirina, j’ai 15 ans et je viens de Baar.

L’art me permet d’exprimer mes sentiments et de m’amuser en dessinant.
Aujourd’hui, j’ai une rencontre avec une œuvre d’art du Kunsthaus Zug.

MIRINA: Bonjour à tous ! Aujourd’hui, j’aimerais aller voir « Parasite » de Michael Kienzer. Pourriez-vous m’indiquer où celle-ci se trouve?

ACCUEIL DU MUSÉE: Oui, très volontiers! Il se trouve juste devant le Kunsthaus Zug, dans le jardin, quand vous entrez, sur le côté droit.

MIRINA:

Je suis ici sur l’esplanade du Kunsthaus et je vois le « Parasite » à côté de moi. A côté, il y a des arbres et un beau vieux mur. Je vois ici beaucoup de fils d’acier qui sont tous mélangés et cela ressemble à un chaos. Les fils sont gris argenté et plutôt fins. Tous les fils sont mêlés de manière aléatoire, passent par-dessus l’arbre et le mur et envahissent la pelouse.

C’est « Parasite » de Michael Kienzer. L’œuvre a été réalisée en 2010. L’installation se trouve dans le jardin du Kunsthaus Zug. Ses dimensions sont de 3 x 8 x 3,3 mètres.

  • Je me demande comment cette œuvre d’art a été créée. Tout cela est-il le fruit du hasard ou chaque fil a-t-il été planifié? Un croquis a-t-il été réalisé au préalable? Et le matériau a-t-il été choisi délibérément ou par hasard, parce qu’il était approprié? Ou y a-t-il un lien avec l’environnement et l’endroit où se trouve cette maquette?
  • Je me demande aussi comment l’artiste a choisi le nom. S’il était déjà clair avant de construire l’œuvre d’art? Ou s’il n’a choisi le nom qu’après?
  • Est-ce que cela doit représenter un parasite géant qui fait irruption dans le musée? Ou si, comme dans la nature, il s’agit d’un parasite, donc d’un facteur de perturbation, ou s’il y a une autre idée derrière cette œuvre?
  • L’œuvre d’art a l’air très mobile et je me demande donc si on veut la modifier ou si elle doit rester exactement comme ça pour toujours?

MICHAEL KIENZER:

Bonjour Mirina, c’est Michael Kienzer de Vienne.

Première question: Comment l’œuvre d’art a-t-elle été créée? Le parasite est-il apparu par hasard ou les fils ont-ils été sciemment ordonnés et y avait-il une esquisse?

Oui, bien sûr, rien n’est né et ne naît jamais par hasard. Ne serait-ce que parce qu’il y a une histoire. Ce n’est pas la première sculpture que je réalise de cette manière. Il y a donc toute une série de sculptures où je travaille avec ce matériau et où je m’occupe aussi de ces questions. On laisse bien sûr libre cours au hasard, mais en même temps, je m’efforce bien sûr de disposer les fils comme je le souhaite, comme cela a l’air passionnant, comme cela crée des tensions. C’est un mélange de hasard, d’autorisation et de travail conscient. Il n’y a pas eu d’esquisse dans ce sens, mais j’avais une idée très précise de ce à quoi cela devait ressembler.

Deuxième question: Le matériau a-t-il été choisi consciemment, ou était-ce plutôt un hasard, parce qu’il était approprié ? Le matériau a-t-il un rapport avec l’environnement?

En tant que matériau, il n’a rien à voir avec l’environnement. Mis à part le fait que le matériau s’intègre dans l’environnement comme la sculpture elle-même. Il a donc naturellement quelque chose à voir avec l’environnement. Mais en tant que matériau, il ne l’est pas forcément en tant que tel. Je n’ai pas choisi ce matériau par hasard, il est très approprié. Ce qui m’intéresse dans ce fil – c’est un fil d’aluminium très dur – c’est justement la tension propre du fil, du matériau. Qu’il tombe vraiment de lui-même dans ces cercles, dans ces arcs. Et c’est justement cette alternance entre la maîtrise du matériau, pour ainsi dire la tension intrinsèque du matériau et le fait de laisser libre cours, qui m’intéresse dans cette sculpture. Et je pense que l’on peut espérer que cela se voit, parce que l’on ressent les tensions que la sculpture et le matériau portent en eux.

Troisième question: Comment le nom de l’œuvre a-t-il été décidé? Le nom était-il déjà connu avant la construction de l’œuvre d’art?

Premièrement, il ne s’appelle pas « Parasite », mais je l’appelle toujours au pluriel, au pluriel « Parasites ». Et cela parce que je veux dire par là que si l’on n’en prend pas soin, la nature, l’herbe et tout ce qui pousse à proximité, dans et autour de la sculpture, vont l’envahir. En très peu de temps, elle serait envahie par la végétation et il ne resterait plus que des restes de la structure de ma sculpture. J’envahis donc en quelque sorte cet endroit avec mon matériau, et cela a quelque chose de parasitaire – comme on le sait dans le monde des plantes et des animaux, où il s’implante dans une autre structure et en vit. Mais en même temps, même si on laisse libre cours à la nature, la nature serait à l’inverse le parasite de ma structure, dans le sens où il ne resterait bientôt plus rien. Et c’est à nouveau cette interaction entre deux structures, la structure naturelle qui est là et la mienne que j’ajoute, qui est passionnante pour moi, d’où le titre « Parasite » – « Parasites ».

Dernière question: L’œuvre d’art restera-t-elle toujours telle qu’elle est ou changera-t-elle éventuellement à un moment donné?

Le changement qui peut se produire ne peut bien sûr venir que de la nature, c’est-à-dire si l’on décide de la laisser pousser comme ça.

Bon, j’espère que ce que je viens de dire est plus ou moins clair.
Et merci beaucoup pour ces questions passionnantes, et je vous souhaite, à toi et à vous, de continuer à vous pencher sur ces questions de manière aussi productive que tu l’as fait ici.

Merci beaucoup et au revoir.

°°

“ART’S COOL autrement dit “Art is cool”!

C’est un rendez-vous avec une œuvre d’art contemporain suisse regardée, expertisée et questionnée par des jeunes gens auxquels répond à sa façon l’artiste qui a réalisé l’œuvre. C’est simple, non?

Aujourd’hui, il a été question de l’œuvre “Parasite”, une œuvre d’art de Michael Kienzer, examinée par le regard curieux de Mirina.

Ne manquez pas d’aller découvrir en vrai l’œuvre dont il était question au Kunsthaus de Zoug.

Et collectionnez l’art contemporain avec vos oreilles! Retrouvez-nous presque chaque semaine pour compléter votre collection avec un nouveau focus sur une œuvre récente d’un ou d’une artiste suisse.

Vous trouverez les portraits des jeunes aficionadas et aficionados d’art contemporain, les mini bio des artistes interviewés ainsi que les photos des œuvres sur le site artscool.ch.

Si vous souhaitez contribuer au rayonnement du podcast ART’S COOL, n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vous abonner et à lui attribuer cinq étoiles sur votre plateforme d’écoute préférée.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Instagram, sur le compte young_pods.

Le podcast ART’S COOL est réalisé et diffusé grâce au précieux soutien de la Loterie Romande, de Pro Helvetia, de la Fondation Gandur pour la Jeunesse, de la Fondation Ernst Göhner, de la Fondation Oertli, de la Fondation Sandoz et du Pour-cent culturel Migros.

Avec les voix de Florence Grivel pour la version française et de Stephan Kyburz pour la version allemande.
Musique et habillage sonore par Christophe Gonet.

C’est une production Young Pods.