Skip to content

Lou & Emmanuelle Antille

Musée Jenisch Vevey: Lou a rendez-vous avec "The Blazing Family" d'Emmanuelle Antille…
Lou

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Lou
Âge: 16 ans

Ton parfum de glace préféré? Safran.
C'est quoi l'odeur de l’été? L’espoir.
Le plus bel endroit du monde? Pas un lieu géographique, un endroit de rêve, spirituel, une lumière au bout du tunnel.

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Lou
Âge: 16 ans

Ton parfum de glace préféré? Safran.
C'est quoi l'odeur de l’été? L’espoir.
Le plus bel endroit du monde? Pas un lieu géographique, un endroit de rêve, spirituel, une lumière au bout du tunnel.

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Emmanuelle Antille
Année de naissance: (*1972)
Website: www.emmanuelleantille.com

Votre parfum de glace préféré? Pistache.
C'est quoi l'odeur de l’été? Les hautes herbes sous l’orage.
Le plus bel endroit du monde? La Louisiane.

Emmanuelle Antille, The Blazing family, 2007, sérigraphie sur aluminium © Musée Jenisch Vevey

Crédits photo: Emmanuelle Antille, The Blazing family, 2007, sérigraphie sur aluminium © Musée Jenisch Vevey.

Artiste: Emmanuelle Antille (*1972)
Titre de l’oeuvre: The Blazing Family
Année: 2007
Technique: Sérigraphie
Dimensions: 730 x 660 cm
Lieu d’exposition:
Musée Jenisch Vevey
Avenue de la Gare 2
1800 Vevey

www.museejenisch.ch

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Emmanuelle Antille
Année de naissance: (*1972)
Website: www.emmanuelleantille.com

Votre parfum de glace préféré? Pistache.
C'est quoi l'odeur de l’été? Les hautes herbes sous l’orage.
Le plus bel endroit du monde? La Louisiane.

Transcription de l'épisode

Salut je m’appelle Lou.
J’ai seize ans, j’habite à Lausanne.

L’art pour moi, c’est quelque chose qui se définit pas, mais on le ressent et c’est une expression.

J’ai rendez-vous avec une œuvre d’art au Musée Jenisch à Vevey.
Tu viens?

LOU: Bonjour, j’ai rendez-vous avec une œuvre d’Emmanuelle Antille; où est-ce que je peux la trouver?

ACCUEIL MUSÉE: Bonjour. Vous montez les escaliers; au premier étage à votre droite, et encore à droite: là vous trouverez l’œuvre.

LOU:

Merci beaucoup. Bonne journée!

Woaow! Grands espaces, très beaux tableaux… Là-bas Il y a une œuvre qui me titille… Je l’ai trouvée; la voici.

La première chose qui m’a heurté c’est le reflet de ce miroir; c’est de se voir dans cette œuvre, ce que je trouve assez intéressant et assez rare. Je pense que c’est aussi l’intention de l’artiste d’être face à soi-même, à travers une œuvre d’art.

Ça a l’air d’être une photo. On voit une une femme, dans un portrait qui s’arrête à la bouche. Elle montre ses deux bras et ses avant bras plein de tatouages . Son cou est aussi tatoué. Et elle a les cheveux noirs.

On s’arrête directement sur ses tatouages qui ont représentent une sorte de nature avec des prénoms; ça a l’air d’être des tatouages d’amour de jeunesse: « Félix Love Forever »… comme une sorte d’innocence, de naïveté, de jeunesse: on va se faire tatouer le nom de notre copain en sachant que cette histoire finira, mais on veut qu’elle soit gravée à vie sur notre corps. Et j’aime bien qu’on ne voie pas ses yeux. On voit uniquement ses lèvres qui n’expriment pas forcément un sourire, qui sont relativement sans émotion, et qui contrastent avec ses cheveux très noirs… Ce qui importe, ce n’est pas le regard de la personne. Encore une fois, par rapport à ce reflet, son regard en fait, c’est le nôtre.

C’est une œuvre de Emmanuelle Antille. Le titre c’est « The Blazing Family » qui veut dire en français la famille ardente. Cette œuvre date de 2007; c’est une sérigraphie sur aluminium et les dimensions sont de 730 x 660 cm.

C’est un portrait d’une personne et en même temps on voit d’autres personnes aussi à travers ces prénoms: Félix, Filip Titine, Eva… Comme des noms d’enfance. Peut-être des sœurs ou membres d’une famille. Avec les prénoms des parents, des surnoms: la petite sœur on l’appelle peut-être Titine… Je parlais d’amour de jeunesse, mais c’est plutôt ici l’amour de la famille et ça a peut-être plus de cohérence de tatouer cela. Parce que la famille, elle sera toujours là; même si elle meurt, on a vécu ça. C’est notre naissance, c’est notre début et c’est aussi notre fin. On a toujours besoin de notre famille; c’est peut-être ce qui nous représente beaucoup et qui est gravé vraiment à jamais en nous.

J’ai des questions pour l’artiste:

Les bagues sur les doigts, ça m’a pas mal intrigué et je me demandais si elles avaient une signification précise dans cette œuvre.

Quels sont les tatouages qu’on voit à peine sous sa robe?

Je me demandais si cette personne-là c’est vous ou si c’est une autre personne. Et qu’est-ce qui vous a amenée à la chercher?

En général, y a-t-il beaucoup de personnes tatouées dans vos œuvres? Est-ce un sujet qui vous touche beaucoup?

EMMANUELLE ANTILLE:

Salut Lou, je te remercie pour tes questions. J’aime beaucoup ce que tu as dit sur ce travail. C’est exactement ce que j’ai cherché à faire: cette idée de l’amour de la famille.

Je vais essayer de répondre à tes questions.

– Tu me demandes si les bagues de la femme photographiée ont des significations précises par rapport à cette oeuvre, alors je dirais que non. Par contre, la position de ses mains et de ses bras est très importante. Comme tu l’as vu, elle dévoile ses tatouages qui sont, je dirais, l’arbre généalogique de sa famille. Ils représentent les prénoms de tous ses enfants et son mari; de tous les gens qu’elle aime. Donc la position de ses bras est effectivement très importante pour montrer cela.

– Quels sont les tatouages que nous voyons au travers de sa route? Alors ça, ça lui appartient. Par contre, sur une autre photographie que j’ai fait d’elle, on peut voir (donc je peux te le dire), un cœur ardent.

– Cette femme, est-ce moi ou quelqu’un d’autre? Si c’est quelqu’un d’autre, comment je l’ai trouvée? Alors, cette femme, ce n’est pas moi, c’est Loretta Leu. Elle fait partie d’une grande famille de tatoueurs. C’est un clan qui a commencé avec son mari Félix. Et puis qui continue avec Filip Leu, son fils. D’ailleurs, tu as pu lire son prénom sur son bras. Filip est l’un des tatoueurs les plus réputés au monde. Titine, l’amie de Philippe, est aussi tatoueuse. Ajja c’est le frère de Filip qui fait beaucoup de musique et Eva la fille de Loretta. Donc Loretta a tatoué les prénoms de tous ses enfants. C’est une très belle famille d’artistes qui a récemment fait une grande exposition au musée Tinguely à Bâle.

Et comment je l’ai trouvée cette femme? Je l’ai trouvée parce que dans mon travail, je m’intéresse beaucoup à la question de la famille, la famille recomposée, la famille d’adoption, la famille d’adolescents, etc. Et ici, c’est une forme de famille, une forme de communauté.

Il n’y a pas forcément beaucoup de personnes tatouées dans mon œuvre. Par contre, le sujet m’intéressait beaucoup, parce que je m’intéresse aux codes, aux rituels, à ce qui fait lien au sein d’une communauté et ici les tatouages représentent un lien entre les gens.

Voilà. Je te remercie beaucoup pour tes commentaires. Tu as très bien analysé ce travail. Salut!

°°

“ART’S COOL autrement dit “Art is cool”!

C’est un rendez-vous avec une œuvre d’art contemporain suisse regardée, expertisée et questionnée par des jeunes gens auxquels répond à sa façon l’artiste qui a réalisé l’œuvre. C’est simple, non?

Aujourd’hui il a été question de “The Blazing Family”, une œuvre d’Emmanuelle Antille examinée par le regard curieux de Lou.

Ne manquez pas d’aller découvrir en vrai l’œuvre dont il était question au Musée Jenisch, à Vevey.

Et collectionnez l’art contemporain avec vos oreilles!
Retrouvez-nous presque chaque semaine pour compléter votre collection avec un nouveau focus sur une œuvre récente d’un ou d’une artiste suisse.

Vous trouverez les portraits des jeunes aficionadas et aficionados d’art contemporain, les mini bio des artistes interviewés ainsi que les photos des œuvres sur le site artscool.ch.

Si vous souhaitez contribuer au rayonnement du podcast ART’S COOL, n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vous abonner et à lui attribuer cinq étoiles sur votre plateforme d’écoute préférée.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Instagram, sur le compte young_pods.

Le podcast ART’S COOL est réalisé et diffusé grâce au précieux soutien de la Loterie Romande, de Pro Helvetia, de la Fondation Ernst Göhner, de la Fondation Oertli, de la Fondation Sandoz et du Pour-cent culturel Migros.

Avec les voix de Florence Grivel pour la version française et de Stephan Kyburz pour la version allemande.
Musique et habillage sonore par Christophe Gonet.

C’est une production Young Pods (youngpods.ch).