Skip to content

Kaspar & Valentin Carron

Musée d’art du Valais: Kaspar s’étonne de cette œuvre de Valentin Carron, plutôt massive et suspendue au plafond de de la salle.
Kaspar _ Valentin Carron

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Kaspar
Âge: 14 ans

Ton parfum de glace préféré? Cassis.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le sapin ou la pluie quand elle tombe sur le goudron chaud.
Le plus bel endroit du monde? C’est le Valais.

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Kaspar
Âge: 14 ans

Ton parfum de glace préféré? Cassis.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le sapin ou la pluie quand elle tombe sur le goudron chaud.
Le plus bel endroit du monde? C’est le Valais.

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Valentin Carron (*1977)

Votre parfum de glace préféré? La pistache.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le chlore.
Le plus bel endroit du monde? Fully.

Valentin Carron, Clair Matin III, 2009, polystyrène, fibre de verre, résine acrylique, bois, métal, laque acrylique © Musées cantonaux du Valais, Sion. Michel Martinez

Crédits photo: Valentin Carron, Clair Matin III, 2009, polystyrène, fibre de verre, résine acrylique, bois, métal, laque acrylique © Musées cantonaux du Valais, Sion. Michel Martinez

Artiste: Valentin Carron (*1977)
Titre de l’œuvre: Clair Matin III
Année: 2009
Technique: Installation (polystyrène; fibre de verre; résine acrylique; bois; métal; laque acrylique)
Dimensions: 500 x 350 x 25 cm
Lieu d’exposition:

Musée d’art du Valais

Place de la Majorie 15
1950 Sion

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Valentin Carron (*1977)

Votre parfum de glace préféré? La pistache.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le chlore.
Le plus bel endroit du monde? Fully.

Transcription de l'épisode

Salut! Je m’appelle Kaspar, j’ai quatorze ans, j’habite à Arbaz.

L’art pour moi, c’est une manière de s’exprimer.
Aujourd’hui, j’ai rendez-vous avec une œuvre d’art au Musée d’art de Sion. Tu viens?

KASPAR:

Bonjour, j’ai rendez-vous avec une œuvre “Clair Matin III” de Valentin Carron: où est-ce que je peux la trouver?

ACCUEIL DU MUSÉE:

Vous la trouverez dans la salle numéro 15 du Musée d’art. Il faut monter l’escalier, changer de bâtiment, remonter un escalier et vous y arrivez.

Bonne visite!

KASPAR:

Merci beaucoup!

On a traversé… Ah, numéro quinze, je crois que c’est ici! Alors, où est-elle cette œuvre? C’est pas le vélomoteur, ni les chaussettes, alors ça doit être celle-ci. On dirait une sorte de quadrillage en bois. Ça m’étonnerait que ce soit du bois, mais c’est très ressemblant. Ça me fait penser aux poutres qu’il y a au plafond des vieux chalets. Ça paraît très grand. Les poutres sont très larges; ça remplit bien l’espace. Ça fait comme si c’était une grille qui était fixée au poteau du milieu de la salle.

Je trouve ça drôle d’avoir une œuvre comme ça, accrochée au plafond. En principe, les œuvres sont posées sur un autel ou accrochées contre un mur ou même directement posées par terre. Mais là, c’est accroché au plafond avec des sortes de câbles. C’est différent des autres œuvres…

Maintenant je vais lire la fiche technique: c’est l’œuvre “Clair Matin III” de Valentin Carron. Elle a été réalisée en 2009. Elle est faite de polystyrène, de fibre de verre, de résine. Il y a aussi de l’acrylique, mais c’est en bois et en métal et par-dessus il y a une laque acrylique je crois. Ses dimensions sont de 500 x 350 x 25 cm. Elle est accrochée au plafond.

Après avoir lu la fiche technique, je me suis rendu compte que c’était pas totalement du bois. C’est assez trompe-l’oeil. Moi je trouve ça assez joli, même si la couleur je trouve qu’elle ne va pas trop avec.

Les questions que j’aimerais poser à l’artiste:

  • Pourquoi avoir choisi cette couleur-là et non pas un brun.
  • Pourquoi le titre “Clair Matin III”.
  • Est-ce que vous faites un clin d’œil à l’architecture valaisanne avec tous les mazots et les chalets?
  • Est-ce que c’est normal qu’elle soit pendue à une certaine distance?
  • Est ce que vous l’avez faite exprès pour cette salle ou bien. Est ce que vous l’avez déjà faite avant?
  • Et elle pèse combien l’œuvre?

VALENTIN CARRON:

Salut Kaspar.
Je vais donc répondre à tes questions.

Tu me demandes pourquoi cette couleur pour les poutres? J’ai dû faire un choix. C’est un choix de couleurs. Je crois que j’avais juste l’intention de faire de fausses vieilles poutres. Alors j’ai utilisé ce brun foncé qui me semblait être la couleur d’une vieille poutre.

Pourquoi le titre “Clair Matin III”? Il existait déjà un “Clair Matin I” et un “Clair Matin II”… Et “Clair Matin”, j’ai dû lire ça sur le nom sur un chalet ou une villa dans la plaine du Rhône. Je trouve étrange qu’on donne des noms à des lieux, des lieux de vie, des maisons. Et “Clair Matin”, ça annonce une après-midi radieuse. Peut-être… C’était le côté je pense positif de ce titre… Mais en le numérotant, ça devient plus tellement positif; ça devient un ordre, une consigne.

Est ce que vous faites un clin d’œil à l’architecture des chalets valaisans? J’ai toujours eu dans l’idée que je faisais plutôt un croche-pied, plutôt qu’un clin d’œil. J’ai envie de te répondre oui et non: une réponse un peu normande. Je pense que si j’avais été Alsacien Jaurès, j’aurais travaillé un peu dans le même ordre d’idées. C’est sûr que le départ pour moi, ça a été une espèce de colère, de révolte. Je voulais m’attaquer au décorum. J’avais l’idée d’une pergola aussi. Ce que je voulais donner aussi aux spectateurs, ou donner à ressentir aux spectateurs, c’était une lourdeur, comme une menace.

Ce qui répond aussi à cette question: Pourquoi l’œuvre est-elle pendue au plafond? Elle n’est pas pendue; elle est suspendue. Ça me plaît bien l’idée qu’elle soit en suspension. Je profite du fait qu’elle est faite en matière synthétique, donc relativement légère. Elle n’a pas le poids d’une poutre.

Le poids total doit être de cent-cinquante, deux-cents kilos. Je n’ai jamais vraiment compté, jamais pesé. Je voulais quelque chose d’en même temps rassurant et d’en même temps menaçant.

Vous l’avez réalisée exprès pour cette salle? Non, il y a deux autres exemplaires qui sont du même format, de mêmes dimensions, mais les couleurs changent. J’en ai fait une plus verte, mais toujours un peu dans ces couleurs foncées.

Merci pour tes questions et je te souhaite une belle suite aussi, Kaspar.
Amitiés,

Valentin

°°

“ART’S COOL autrement dit “Art is cool”!

C’est un rendez-vous avec une œuvre d’art contemporain suisse regardée, expertisée et questionnée par des jeunes gens auxquels répond à sa façon l’artiste qui a réalisé l’œuvre. C’est simple, non?

Aujourd’hui, il a été question de “Clair Matin III” de Valentin Carron, examinée par le regard curieux de Kaspar.

Ne manquez pas d’aller découvrir en vrai l’œuvre dont il était question au Musée d’art du Valais, jusqu’au 1er juillet 2022 au moins.

Et collectionnez l’art contemporain avec vos oreilles! Retrouvez-nous presque chaque semaine pour compléter votre collection avec un nouveau focus sur une œuvre récente d’un ou d’une artiste suisse.

Vous trouverez les portraits des jeunes aficionadas et aficionados d’art contemporain, les mini bio des artistes interviewés ainsi que les photos des œuvres sur le site artscool.ch.

Si vous souhaitez contribuer au rayonnement du podcast ART’S COOL, n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vous abonner et à lui attribuer cinq étoiles sur votre plateforme d’écoute préférée.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Instagram, sur le compte young_pods.

Le podcast ART’S COOL est réalisé et diffusé grâce au précieux soutien de la Loterie Romande, de Pro Helvetia, de la Fondation Gandur pour la Jeunesse, de la Fondation Ernst Göhner, de la Fondation Oertli, de la Fondation Sandoz et du Pour-cent culturel Migros.

Avec les voix de Florence Grivel pour la version française et de Stephan Kyburz pour la version allemande.
Musique et habillage sonore par Christophe Gonet.

C’est une production Young Pods (www.youngpods.ch).