Skip to content

Glodie & Christian Robert-Tissot

Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel: Glodie a rendez-vous avec "Ich" de Christian Robert-Tissot et, pour elle, ce tableau évoque la Suisse.
2021-11-17_MAHN_Glodie_Christian Robert-Tissot

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Glodie
Âge: 18 ans

Ton parfum de glace préféré? Caramel.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le chlore.
Le plus bel endroit du monde? Mon pays d’origine, le Congo.
.

MINI-PORTRAIT DE LA / DU JEUNE

Nom: Glodie
Âge: 18 ans

Ton parfum de glace préféré? Caramel.
C'est quoi l'odeur de l’été? Le chlore.
Le plus bel endroit du monde? Mon pays d’origine, le Congo.
.

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Christian Robert-Tissot
Année de naissance: (*1960)

Votre parfum de glace préféré? Le sel.
C'est quoi l'odeur de l’été? La pluie.
Le plus bel endroit du monde? Le monde.

Christian Robert-Tissot, Ich, 2003, Acrylique sur toile © MahN Stefano Iori

Crédits photo: Christian Robert-Tissot, Ich, 2003, Acrylique sur toile © MahN Stefano Iori

Artiste: Christian Robert-Tissot (*1960)
Titre de l’œuvre: Ich
Année: 2003
Technique: Acrylique sur toile
Dimensions: 55 x 90 cm
Lieu d’exposition:

MAHN
Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel
Esplanade Léopold-Robert 1
2000 Neuchâtel

www.mahn.ch

MINI-PORTRAIT DE L'ARTISTE

Nom: Christian Robert-Tissot
Année de naissance: (*1960)

Votre parfum de glace préféré? Le sel.
C'est quoi l'odeur de l’été? La pluie.
Le plus bel endroit du monde? Le monde.

Transcription de l'épisode

Salut. Je m’appelle Glodie, j’ai dix-huit ans, j’habite à la Chaux-de-Fonds.

L’art pour moi, c’est une manière de s’exprimer, quelle que soit la façon.

Et j’ai rendez-vous avec une œuvre d’art au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel.

Tu viens?

GLODIE:

Bonjour, j’ai rendez-vous avec une œuvre de Christian Robert-Tissot: où se trouve-t-elle?

ACCUEIL DU MUSÉE:

Elle est au premier étage, dans la salle des œuvres d’art contemporaines.

Bonne visite!

GLODIE:

Merci beaucoup.

J’entre dans la salle, je vois plusieurs tableaux et du coup, je cherche le tableau que je suis venue voir. Voilà, je le vois! Premièrement, ce que je peux dire dessus, c’est que c’est en rouge et blanc. Et la première chose à laquelle je pense, c’est la Suisse. Oui, ce qui me fait encore plus penser à la Suisse c’est que c’est écrit “ICH”, en allemand qui est la langue la plus parlée en Suisse quand même. le “CH” représente bien aussi la Suisse.

Je trouve ça assez spécial. Je ne m’attendais pas à ça… C’est simple mais même dans quelque chose d’aussi simple, on peut s’imaginer plein de choses. Et ça peut changer en fonction des gens; on peut avoir un point de vue différent.

Au niveau des émotions, le rouge pour moi, ça évoque la colère. Et avec le pronom personnel ICH, JE en français, c’est peut-être un moyen de se faire entendre, en parlant de soi, en s’imposant peut-être.

Je m’approche pour regarder le tableau de plus près. Ce qu’on peut voir, c’est que sur l’écriture, sur ce qui est écrit en blanc, le rouge vient un peu s’incruster. On aurait presque l’impression que le le mot commence à s’effacer petit à petit et que le rouge vient prendre la place de ce qui est écrit en blanc.

Christian Robert-Tissot, Ich, 2003, Acrylique sur toile
55 x 90 cm

Je vais lire la notice: Ich (je ou moi en allemand) de Christian Robert-Tissot. Cette œuvre a été réalisée en 2003, c’est une peinture acrylique sur toile et ses dimensions sont de 55 x 90 cm.

Je me suis dit que c’était plus récent et du coup eh bien 2003, ça fait quand même dix-huit ans! Le tableau a le même âge que moi. (rires)

J’ai quelques questions pour l’artiste:

  • Qu’est ce qu’il voulait représenter sur ce tableau?
  • Est ce qu’il y a des sentiments ou des émotions derrière tout ça? Est ce que c’était de la colère?
  • Et pourquoi “ICH”? Qu’est ce qu’il veut dire par là?
  • Pourquoi le choix de ces deux couleurs aussi?
  • J’aimerais savoir si c’est intentionnel que le rouge commence à ronger ce qui était écrit en blanc… Est ce que c’est juste pour des raisons esthétiques que cela a été fait comme ça? Je voudrais aussi savoir quel procédé a été utilisé pour écrire les lettres, parce que bien que le rouge “ronge” le blanc, on voit que c’est quand même assez droit, assez régulier. Du coup, comment avez-vous procédé? Est ce que c’est à main levée ou fait avec du scotch, ou avec une règle…?.

CHRISTIAN ROBERT-TISSOT:

Bonjour Glodie. Je vais donc répondre à tes questions.

En premier, il y a cette question de l’émotion qui est souvent liée au tableau. Et je crois que c’est celui qui regarde qui éventuellement peut ressentir une émotion, ou pas. Quand je peins, quand je prépare un tableau, ce n’est pas vraiment une chose à laquelle je pense… Je pense plutôt à l’ensemble de ce qui est mis en place dans le tableau, qui éventuellement peut provoquer cela chez le regardeur. Mais il n’y a pas chez moi une intention de vouloir déclencher une émotion.

Le mot “ICH”: il a différentes significations dans ce tableau. D’abord, il y a une différence entre les mots seuls, dans mes peintures, et les toiles avec un énoncé, avec une phrase. Le mot seul m’intéresse parce qu’il est décontextualisé; il a une qualité d’abstraction beaucoup plus grande. Il ouvre plus de possibles qu’un énoncé. Et, en partie, c’est ce qui m’a intéressé avec le “ICH”. Évidemment, il y a l’auteur… mais on ajoute un D (“DICH”) et on a le regardeur. Donc il y a cette relation entre celui qui a fait l’œuvre et celui qui la regarde.

L’intérêt du mot seul, c’est aussi le son; si tu répètes le mot “ICH” à voix haute plusieurs fois, tu vas retenir un son et oublier le sens du mot. J’utilise souvent cette qualité sonore qui existe avec les mots seuls.

Le choix des couleurs est peut-être la partie la plus subjective de mon travail. Je ne peux pas dire grand chose là-dessus. Il y a une espèce d’évidence que tu as évidemment vue, avec les couleurs de la Suisse. Mais je ne sais pas… je n’ai pas trop de choses à dire sur les couleurs.

La question de savoir si le rouge intentionnellement ronge le texte: oui, c’est intentionnel et en même temps ce n’est pas vraiment contrôlé puisque j’utilise des pochoirs qui sont posés sur la toile. Et donc c’est la peinture plus ou moins liquide qui passe plus ou moins sous le scotch, s’il est plus ou moins bien appliqué, etc. C’est donc un peu un truc technique. En même temps, en posant la peinture, je ne sais pas quelle quantité de peinture rouge va pouvoir traverser, passer sous le scotch du pochoir, donc le résultat est une surprise. Ça m’arrive parfois que je décide que c’est raté. Parce que beaucoup trop de peinture est passée: donc ça m’arrive de détruire des toiles parce que je les considère moins intéressantes à ce niveau là.

Je n’ai pas de photographie de cette toile. Je ne sais pas pourquoi… Donc je ne l’ai pas revue depuis presque vingt ans, ce qui est assez étrange. Heureusement que tu la décrite et j’ai pu m’en souvenir un peu plus. J’avais l’idée d’une toute petite toile; en fait, elle n’est pas si petite. Bref, voilà, c’est une toile que que j’ai faite, mais que j’ai un peu oubliée.

Bon, je te souhaite une belle suite et c’est bien d’aller voir les expos.
À bientôt!

°°

“ART’S COOL autrement dit “Art is cool”!

C’est un rendez-vous avec une œuvre d’art contemporain suisse regardée, expertisée et questionnée par des jeunes gens auxquels répond à sa façon l’artiste qui a réalisé l’œuvre. C’est simple, non?

Aujourd’hui, il a été question de la peinture “ICH” de Christian Robert-Tissot, examinée par le regard curieux de Glodie.

Ne manquez pas d’aller découvrir en vrai l’œuvre dont il était question au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel.

Et collectionnez l’art contemporain avec vos oreilles! Retrouvez-nous presque chaque semaine pour compléter votre collection avec un nouveau focus sur une œuvre récente d’un ou d’une artiste suisse.

Vous trouverez les portraits des jeunes aficionadas et aficionados d’art contemporain, les mini bio des artistes interviewés ainsi que les photos des œuvres sur le site artscool.ch.

Si vous souhaitez contribuer au rayonnement du podcast ART’S COOL, n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vous abonner et à lui attribuer cinq étoiles sur votre plateforme d’écoute préférée.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Instagram, sur le compte young_pods.

Le podcast ART’S COOL est réalisé et diffusé grâce au précieux soutien de la Loterie Romande, de Pro Helvetia, de la Fondation Gandur pour la Jeunesse, de la Fondation Ernst Göhner, de la Fondation Oertli, de la Fondation Sandoz et du Pour-cent culturel Migros.

Avec les voix de Florence Grivel pour la version française et de Stephan Kyburz pour la version allemande.
Musique et habillage sonore par Christophe Gonet.

C’est une production Young Pods (www.youngpods.ch).